Bienvenue sur le site de la commune d'Écouché-les-Vallées

Loucé

Conseil Communal :Conseil municipal de Loucé

  • Le Maire : Louis Hamel
  • 1er Adjoint : Michel Turpin
  • 2ème Adjoint : Michel Chauvot
  • Rose-Marie Cornn, Ollivier Coquereau, Manuel Turpin, Éliane Slama, Isabelle Charpentier, Alexandra Blais, Anthony Ernult, Nicole Chardon
     

Histoire :

Commune de petite superficie, 411ha, et faiblement peuplée, 93 habitants au dernier recensement.

Les communes limitrophes sont : Écouché au nord, Fontenai sur Orne et Tanques à l'est, Avoine au sud et Joué du Plain à l'ouest.

Le territoire se compose à l'ouest d'une plaine à céréales fertile, élevée, d'où l'on jouit d'un vaste panorama, jusqu'à l'orée de la forêt d'Écouves; et à l'est de terres humides sur les bords de la Cance, affluent de l'Orne qui coule en limite de Fontenai sur Orne et de Tanques.

L'essentiel de l'habitat est regroupé dans les hameaux du Bourg et de Noiseville-Le Hamel, distants de près de 3 kms, les autres lieux-dits habités étant le Mesnil sur la route d'Écouché, Le Buisson et Le Moulin l'Evêque sur la route de Fleuré et le Manoir de Beaurepaire aux confins de Fontenai sur Orne et de Tanques, sur un bief de la Cance.

L'Église

Des vestiges sur la façade nord, maçonnerie en arête de poisson (X et XIe siècle) et fenêtre dans le chœur, traduisent l'existence d'une église romane primitive.

L'Église est bâtie de granit et de calcaire.

Elle porte au chevet l'antéfixe surmontant une baie XV-XVIe, murée pour la pose du retable.

Accolée au sud-est de la nef, la tour quadrangulaire, coiffée d'une aiguille d'ardoise à huit pans, selon la mode du XIXe.

Du XIIIe :

  • la tour, dont les contreforts présentent le redan, et une fenêtre en lancette dans la partie supérieure ;
  • le portail qui s'ouvre à l'ouest entre deux doubles colonnes rondes avec chapiteaux à crochets supportant un arc gothique ;
  • une fenêtre trilobée en façade nord.

Au XV-XVIe, le mur sud a été reporté en arrière. A son emplacement ont été élevés sur des colonnes à chapiteaux, trois arcs en plein cintre. A ainsi été créée une nef latérale faisant suite à la tour.

Au XVII-XVIIIe la plupart des fenêtres ont été agrandies. Ces nouvelles fenêtres, inesthétiques, ont affaibli la structure de l'édifice. Lors des premiers travaux de restauration, dans les années 1990, deux ont été remises en l'état initial, à l'identique de la fenêtre du chœur qui avait été conservée.

L'intérieur est pavé de dalles de toutes dimensions et la voute de bardeaux est en plein cintre ; dans l'axe de la nef secondaire, la tour repose sur une croisée d'ogives; le beffroi contient une cloche datée de 1838.

Dans le chœur trois pierres tombales de prêtres de Loucé, le dernier, décédé en 1757.

Le maître autel, et son retable de 1730, occupe tout le chevet dont le tableau d'autel, une descente de la croix, a été restauré. Dans l'entrecolonnement se voit la statue de St Brice, saint patron de l'Eglise.

Rangés le long des parois du chœur, deux petits autels dédiés à la Sainte Vierge et à Saint Agathe, ornés d'une frise peinte en camaïeu représentant des scènes bibliques.

L'autel de la nef latérale est surmonté d'un tableau restauré représentant Saint Jean Baptiste.

Enfin, les murs présentent des traces de fresques qui vont être expertisées dans le cadre de la poursuite de la restauration intérieure.